Le retour du président national du Mouvement de Libération du Congo (MLC) à Kinshasa continue de faire l’objet des analyses diversifiées. Dans une chronique parvenue à politiquerdc.net, ce mardi 25 juin 2019, Me Jean K. Minga dresse une analyse comportementale du discours de Jean-Pierre Bemba Gombo.

Ci – après l’intégralité de sa chronique.
La stature d’homme d’État de Jean-Pierre Bemba n’a pas pris la moindre ride, en dépit de son injuste et durable mise à l’écart de la scène politique congolaise.

(chronique de Me Jean K. Minga)

L’un des acteurs importants de la politique congolaise, le Chairman – comme aiment affectueusement le designer ses partisans – Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa le dimanche 23 juin.

Que peut-on retenir de son registre comportemental en peu de mots.

Maturité et responsabilité

1. La délocalisation de son meeting:

Initialement prévu à l’espace triomphale, son meeting a été délocalisé à deux jours de son arrivée. Et pourtant, l’annonce aux autorités et l’organisation de celui-ci ont été antérieures au culte improvisé – à la même date et presque au même site – par une armée de pasteurs gravitant autour de Félix Tshisekedi. À cette provocation – une vieille recette héritée de la Kabilie par le pouvoir actuel – destinée à gêner les activités des opposants, Jean-Pierre Bemba a répondu par la sagesse, en demandant aux siens de tout démonter pour reprendre à zéro l’érection d’un nouveau stand à la place Sainte-thérèse. À cette restriction de liberté, s’est ajoutée une autre:
2. La déviation de son itinéraire.

Principale artère quotidiennement empruntée par tous ceux qui partent de l’aéroport international de N’djili vers le centre ville, le boulevard Lumumba a été interdit de passage à Jean-Pierre Bemba, au niveau de Limete. Son cortège a été dérouté de l’itinéraire prévu par les organisateurs, vers la route des poids lourds. Au lieu de protester contre ce déni FLAGRANT d’état de droit, Jean-Pierre Bemba s’est sagement plié aux caprices des autorités, relayés par la police.

Patriote

Malgré ces provocations et en homme d’État, Jean-Pierre Bemba comprend bien les lois de la thermodynamique politique en ce que – dans la crise actuelle du pays – il suffisait qu’un élément bouge pour entraîner les autres, au point de provoquer une situation incontrôlée – et il a privilégié la voie de l’apaisement.

1. Au jet de pierres des éléments drogués et instrumentalisés par les officines habituées à pêcher en eaux troubles politiques et religieuses, l’ancien vice-président et ses partisans ont inlassablement continué leur marche, sans s’arrêter ni réagir.

Aux martyrs de la démocratie, Jean-Pierre Bemba a nommément cité l’un après l’autre – suivi de l’observation d’une minute de silence en leur mémoire – les compatriotes tombés, pendant son absence du pays, sous les balles de ceux qui auraient dû les protéger.
2. Au lieu de parler de ses dix ans de privation injuste de liberté, Jean -Pierre Bemba s’est apaisenti sur la lutte des intérêts du peuple congolais. Celui-ci s’est récemment exprimé aux urnes et quelqu’un s’est amusé à fouler aux pieds sur l’expression de cette volonté populaire. Il a réitéré sa ferme volonté d’appuyer le combat du peuple,le combat pour les intérêts du peuple congolais.

3. Aux chaînes de haine et de tribalisme déployées sournoisement par certains, Jean-Pierre Bemba a rappelé son exemple. Le choix de son épouse ou celui de ses secrétaires généraux sont exemptes du cancer du tribalisme ou du sexisme. À ce propos, le MLC fait d’ailleurs exception dans le paysage politique congolais.

4. Aux kinois qui réclamaient les armes pour en découdre avec ceux qui privent anarchiquement le peuple de son expression – depuis les élections de 2006, puis celles de 2011 et enfin les toutes récentes de 2018 – le président du MLC a conseillé la voie des revendications pacifiques.

Au regard de ces quelques éléments factuels, sans parler de l’impressionnante marée humaine qu’il a drainée et le déluge de désordre organisé par les tenants de pouvoirs à l’occasion, il est permis d’avouer que Jean-Pierre Bemba a brillamment réussi son examen de retour sur la scène politique. Il lui reste de capitaliser les attentes de ce peuple assoiffé d’un leader politiquement et moralement géant, à la dimension de la RDC. Il devra s’entourer d’une équipe dynamique et peu encline à la compromission au sein de son parti.
Membre éminemment respecté au sein de Lamuka, Jean-Pierre Bemba a certainement entendu ses compatriotes et devra éviter de les décevoir. Il devra rester main dans la main avec Martin Fayulu et les autres leaders.

Un homme proche du peuple

Contrairement à l’image distante envers le peuple que certains lui prêtent, Jean-Pierre Bemba a cloué au pilori cette fausse et nauséabonde rumeur de ses détracteurs.

Comme en 2006 et malgré la distance entre l’aéroport et la place Sainte-Thérèse – site de son meeting – Jean-Pierre Bemba a tenu à marcher avec la foule de ses compatriotes venus l’accueillir, en serrant de nombreuses mains.

Contrairement aux autres leaders qui épargnent leurs familles de la potentielle répression policière et exposent les enfants des autres, Jean-Pierre Bemba étaient accompagné de son épouse et de ses enfants au meeting de N’djili.

Rédaction politiquerdc.net