A l’issue d’une conférence de presse commune tenue ce mardi 7 novembre 2017, le MLC et le Front pour le respect de la Constitution ont rejeté le calendrier électoral publié le dimanche dernier par la Commission électorale nationale et indépendante.

«C’est un calendrier qui viole à la fois la constitution, l’accord du 31 décembre et la loi électorale. Il n’est pas consensuel et il revêt d’un caractère mensonger et frauduleux. En situant la tenue des élections présidentielles au 23 décembre 2018 avec la passation du pouvoir prévue au 12 janvier 2019, la Ceni s’arroge les prérogatives du peuple souverain et prolonge unilatéralement et abusivement le mandat du président Joseph Kabila (…) ce calendrier traduit en réalité le diktat de la famille politique du président Joseph Kabila à la Ceni. Cela confirme une fois de plus qu’avec la Ceni actuelle et le président Joseph Kabila à la tête de l’État congolais, on ne saurait espérer l’organisation rapide des élections en vu de l’alternance », ont déclaré ces principaux regroupements de l’opposition congolaise.

Le MLC et le FRC appellent, à ce sujet, la population à la vigilance et à la mobilisation conformément à l’article 64 de la constitution pour libérer, disent-ils, le processus électoral d’ici le 31 décembre 2017.

Djodjo Vondi

pat

pat1 pat2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«